Voilà le fin mot de l’histoire. Pour en saisir les tenants et aboutissants, retour en 2013.

À l’époque, Robin et Pharrell sortent “Blurred Lines”, hit planétaire sulfureux, accusé de sexisme pour son clip vidéo. Ce qui choquera le plus, ce n’est pas Emily et ses copines qui se trémoussent devant la caméra, mais bien la ressemblance du titre avec le morceau “Got To Give It Up” de Marvin Gaye sorti en 1977.

En mars 2015, un tribunal de Los Angeles convoque 8 jurés pour décider du sort de la chanson. Un pianiste est même désigné pour interpréter les mélodies respectives des deux morceaux et ainsi faire tendre l’assemblée vers un jugement plus objectif. Le verdict tombe et le binôme est condamné à verser 7 millions de dollars aux héritiers de Marvin. Ils en réclamaient plus du double. Devant les proportions médiatiques de l’affaire, de nombreux artistes se joignent à la cause des deux stars.

Plus de 200 musiciens parmi lesquels Hans Zimmer, des membres d’Earth Wind and Fire, de Go-Go’s ou de Black Crowes signent ensemble une pétition visant à clarifier la limite juridique du plagiat. Les auteurs de “Blurred Lines” font donc appel pour tenter de sauver la mise. Malheureusement pour eux, le jugement rendu à Los Angeles le 6 décembre est formel : 4,4 millions de dommages‐intérêts pour la famille Gaye. Robin Thicke a beau avoir une grosse b***, il a maintenant un portefeuille vide.