Quand on parle de films d’horreur actuellement, on parle surtout de petits budgets. Ce qui est un gros avantage puisqu’il permet de prendre des risques ainsi que d’avoir une plus grande liberté de ton que les gros blockbusters. Ce qui explique peut-être leur succès.

Parce que oui, il ne faut pas se leurrer, si les films d’horreur modernes tentent des trucs actuellement, c’est surtout pour une question de pognon. Tous les producteurs sont à la recherche du high-concept, l’idée géniale qui assure un succès, mais aucun d’eux n’est prêt à craquer son P.E.L. pour le produire. Alors, les “petits” films en profitent pour mettre en scène des idées originales et ça fonctionne puisque le public est au rendez-vous.

L’un des grands succès de 2018 dans le domaine, c’est bien entendu Sans un bruit de et avec John Krasinski et sa femme Emily Blunt. Un film pas gégé quand on le regarde de près mais qui fait suffisamment illusion pour contenter un large public et le changer des Conjuring et autres Annabelle qu’on nous refourgue à une cadence industrielle.

Un film qui appelle une suite, toujours écrite et réalisée par Krasinski, qui ne devrait pas vraiment être une suite au fond puisqu’elle contiendrait des éléments de prequel tout en étendant l’univers du récit. Bref, ça risque surtout d’être un gros bordel.

“La beauté de tout ça, c’est qu’il s’agit vraiment de l’expansion d’un monde. La plupart des suites parlent du retour des héros ou des méchants, et vous devez bâtir une toute nouvelle histoire autour de ces personnages déjà connus. Avec cette suite, nous devons surtout nous occuper de son univers. Et c’est lui, la vraie star du film. Et nous allons découvrir comment le reste du monde gère cette catastrophe. Et c’est ça qui m’a ramené sur ce projet.”

×

 

On peut donc s’attendre à ne pas retrouver la famille Abbot comme il en était question au départ, à moins que leur participation ne s’en trouve très limitée, histoire de faire le pont entre les deux films et ne pas perdre son spectateur. Mais voilà qu’une autre information survient, remettant en cause la participation même de John Krasinski en tant que réalisateur du film.

“Donc voilà où j’en suis pour le moment, j’écris le film et on verra bien si je le réalise. Mais c’est une idée divertissante parce que, selon moi, son plus grand intérêt c’est que justement elle ne fait pas penser à une suite classique.”

Et c’est vrai qu’avec un postulat pareil, on trouvait ça un peu dommage de rester confiné dans un huis-clos un peu ronflant pendant 1h30. Nul doute qu’en s’ouvrant au monde, l’univers de Sans un bruit deviendra fatalement plus intéressant. Avec ou sans Krasinski d’ailleurs.